Affaire Adrexo : « une défaillance partagée dans la compréhension de l’objet du marché »

partager :

Le 23 juin, devant la Commission des lois du Sénat, Gérald Darmanin, a reconnu des dysfonctionnements dans la distribution du matériel de propagande pour le premier tour des élections régionales et cantonales du 20 juin. Plus de 8,6 millions de plis n’auraient pas été distribués aux électeurs (48 millions d’inscrits). Le ministre de l’Intérieur évoque « de sérieux manquements ». Maître Nicolas Charrel (cabinet Charrel & Associés) tire les enseignements commande publique de l’"affaire Adrexo", par une analyse fonctionnelle. Quand Commande publique et droit électoral se rencontrent….

« Peut-être que le marché est tout simplement trop gros pour Adrexo » (entreprise chargée par marché public de distribuer aux électeurs les professions de foi des candidats), a reconnu Gérald Darmanin devant le Sénat le 23 juin. Au point que le ministre a même envisagé, pour l’avenir, un retour en régie. Mais que s’est-il passé ? Comment un marché de cette ampleur, et avec de tels enjeux,

Abonnez-vous pour continuer votre lecture

15 jours gratuits sans engagement

Déjà abonné ? Connectez-vous.

Commentaire

Il n'y a actuellement aucun commentaire.