Peut-on se passer d’un code des marchés publics ? Retour sur une controverse

A propos de l’auteur

Alain Jossaud, responsable de la cellule marchés du CHU de Poitiers, revient sur la controverse qui a opposé dans nos colonnes Alain Lambert, ancien ministre du budget, à Eric Lanzarone, avocat au barreau de Marseille, concernant la pertinence de supprimer le code des marchés publics. Pour l'acheteur poitevin, la question n’est finalement pas celle de la suppression de cette contrainte règlementaire, mais celle de sa meilleure répartition.

Qui a dit que les marchés publics étaient ennuyeux ? D’une polémique sur la suppression d’un code qui serait inutile face aux directives, nous voici déjà à celle, bien plus pertinente, du contenu de ce code. Tentons ici quelques réflexions supplémentaires qui, malheureusement, se traduiront par le suicide (qu’on se rassure, hyperbolique) d’un juriste en marchés publics. Faut-il un code ? La polémiq

Sur le même sujet

Lettre à Alain Lambert, le tonton...  (Eric Lanzarone) 05/12/2013
Réponse à la "lettre" de...  (Alain Lambert) 12/12/2013
Plaidoyer pour un droit des marchés...  (Chantal Saichi) 19/12/2013
Plaidoyer pour (un vrai) management...  (François Villette) 09/01/2014
Performance publique et marchés...  (Florian Linditch) 06/02/2014