Brèves

Lobbying en France : 196 millions d’euros engagés en 2019

le 28/04/2021
« 2020 a été une année particulièrement intense pour le lobbying : plus de 9 000 activités enregistrées à ce stade, dont 1 380 activités directement liées à la crise sanitaire (soit près de 15 %) » constate Fred Guillo Président de Smart Lobbying. 196 millions d’euros auraient été engagés au titre de dépenses en lobbying en 2019.

Smart Lobbying, start-up spécialisée dans l’exploitation de données, a lancé l’Observatoire du Lobbying un mois après l’échéance déclarative de mars 2021 à la HATVP, pour fournir au public des prévisions quant au métier de lobbyiste, sous la forme de chiffres, de graphiques, de tableaux ou encore d’analyses approfondies. Ce, à partir de l’analyse des données en open data sur le site de la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique (HATVP).

6 709 lobbyistes (c’est-à-dire personnes chargées de la représentation d’intérêts) sont déclarés auprès de la HATVP. Plus d’une organisation inscrite à la HATVP sur deux (54,7 %) a déclaré moins de 50 000 € de dépenses de lobbying en 2019, alors que 19 organisations déclaraient plus d’un millions d’euros de dépenses sur la même période. Les organisations s’inscrivant à la HATVP et effectuant du "plaidoyer" ou du lobbying en France relèvent de tous types (associations, syndicats, fédérations, cabinets, sociétés commerciales…), de toutes tailles (petites, moyennes et grandes organisations) et de tous secteurs (mobilités, médias, sports, bâtiment, agriculture, consommation, numérique…).

Top 5 des secteurs d’activités - Selon l’étude, la répartition des secteurs d’activités les plus concernées par le lobbying est la suivante :
  1. Environnement
  2. Économie
  3. Travail, emploi, solidarité
  4. Fiscalité, finances publiques
  5. Agriculture, alimentation, pêche

Les secteurs d’activités régaliens comme « Affaires étrangères, coopération internationale », « Défense, sécurité », « Justice » ou encore « Questions migratoires » sont dans les dernières positions, signe qu’ils ne font pas l’objet de beaucoup d’actions de lobbying.

La plus grande dépense en lobbying déclarée en 2020 l’a été par France Nature Environnement, avec près de 4 millions d’euros. Ensuite viennent des entreprises (Total SE, STMicroelectronics SA, Suez Groupe…) des fédérations professionnelles (FBF, FFA…) ou des cabinets de conseil (Lysios, Rivington…). Le Parlement est largement en tête dans le type de décideurs visés par les actions de lobbying. Selon Smart Lobbying, cela confirme la nature législative du lobbying français (et en même temps le périmètre actuel des « activités HATVP »). Au sein du gouvernement, c’est le ministère de l’Economie et des Finances qui est le plus destinataire d’actions de lobbying, devant même le Premier ministre.

Observatoire du Lobbying Édition 2021- Smart Lobbying - Avril 2021