Maîtrise des anglicismes dans le domaine des achats

partager :

L’univers des achats est parsemé d’anglicismes. Ils peuvent déconcerter l’acheteur public français… et agacer les amoureux de la langue de Molière. Mais ils ne peuvent y échapper. En cette rentrée 2020-2021, voici un florilège de termes empruntés à nos voisins d’outre-Manche, accompagnés d’une explication…

A l’automne dernier, l’Académie française tirait la sonnette d’alarme auprès des pouvoirs publics sur le développement du « franglais ». Et déclarait : « les violations répétées de la loi Toubon [loi du 4 août 1994 relative à l'emploi de la langue française] dénaturent notre langue, autant par l'invasion des termes anglo-saxons que par la détérioration q

Abonnez-vous pour continuer votre lecture

15 jours gratuits sans engagement

Déjà abonné ? Connectez-vous.

Commentaires (1)

    jcaroulle
    jcaroulle

    Benchmarking = parangonnage ! Nos amis québécois proposent d'autres termes pour traduire ce concept : http://gdt.oqlf.gouv.qc.ca/ficheOqlf.aspx?Id_Fiche=8871077 (étalonnage, analyse comparative, évaluation comparative, référenciation...).