L’art de rémunérer un maître d’œuvre

A propos de l’auteur

Si le prix est librement fixé par les candidats lors de la remise de leurs offres, la rémunération forfaitaire du maître d’œuvre se calcule en fonction d’un taux appliqué sur le coût des travaux estimé par le maître d’ouvrage. D’où l’importance de mettre au point un programme le plus complet possible. Si les nouveaux textes n’interdisent plus formellement d’intégrer un critère prix pour un concours, certains experts le déconseillent cependant.

« Exige beaucoup de toi-même et attends peu des autres. Ainsi beaucoup d’ennuis te seront épargnés ». Ce proverbe de Confucius s’applique parfaitement à une opération de travaux. Première épreuve : choisir son maître d’œuvre et bien cadrer sa rémunération.  Etablir un programme complet est un bon réflexe, comme le souligne la Mission interministérielle pour la qualité

Document(s) rattaché(s)

Le concours de maîtrise d'oeuvre : dispositions réglementaires et modalités pratiques d'organisation