Acheteurs sous pression : quand un éditeur juridique met à genoux l’Administration

partager :

« Etre pris dans un étau » : l'expression résume parfaitement la situation que vivent certains acheteurs publics dans le cadre de la reconduction de leurs contrats avec un célèbre éditeur juridique. D’un côté, le prestataire ne tient pas compte des besoins exprimés, et refuse de diminuer ses tarifs pourtant considérés comme exorbitants. De l’autre, les utilisateurs n’hésitent pas à exprimer leur mécontentement en cas de non renouvellement de l’abonnement. Les services achats sont sous pression…

Le climat au sein des services achats des administrations centrales, en charge de la reconduction du contrat avec un célèbre éditeur juridique généraliste, se tend à l’approche des prochaines négociations avec le prestataire. Sujet sensible ! Le coût de la prestation se chiffre à une dizaine de millions d’euros. Et politiquement, les utilisateurs de ce service sont souvent des fonctionnaires de haut rang...  

Abonnez-vous pour continuer votre lecture

15 jours gratuits sans engagement

Déjà abonné ? Connectez-vous.

Commentaires (3)

    srivereau
    srivereau

    De quel éditeur s'agit-il : Dalloz, Lamy, Lexis , ... ? La politique commerciale choisie pourrait avoir un effet sur les collectivités territoriales.

    tderyck
    tderyck

    "Mais les usagers seraient également très attachés au service dudit prestataire" : un nouveau critère d'attribution? ;)

    mazoulay-trojman
    mazoulay-trojman

    Bonjour, de quel prestataire faites-vous mention ? Est-ce une jurisprudence ? Auquel cas pourrie-vous nous mettre les références ? Sinon quelles sont les administrations concernées ?