Perturbateurs endocriniens : Limoges achète autrement

partager :

Cherchant à supprimer les perturbateurs endocriniens de ses crèches, la ville de Limoges commence à modifier ses pratiques d’achat. Elle s’appuie depuis plus d’un an sur la crèche Joliot-Curie, établissement pilote, pour tester cette démarche avec des cahiers des charges amendés et un changement progressif de matériels et d’équipements.

« Une de nos crèches venait de bénéficier de travaux d’extension, explique Nadine Rivet, adjointe au maire chargée de la petite enfance, et nous voulions voir si nous luttions contre les perturbateurs endocriniens juste en respectant les normes, sans apporter de vigilance particulière lors de la publication des marchés. » Une expertise en janvier 2017 révèle que 160 points sont à améliorer, parmi lesquels des

Abonnez-vous pour continuer votre lecture

15 jours gratuits sans engagement

Déjà abonné ? Connectez-vous.

Sur le même sujet

Commentaire

Il n'y a actuellement aucun commentaire.