La Folle Semaine des marchés publics 2018

Avec ou sans patate ?

Cent patates ! S’exclameront les acheteurs lorsqu’ils découvriront le prix faramineux de leurs fournisseurs de pommes de terre. Si une collectivité ne peut plus s’approvisionner de cette truffe jaune, purées, gratins et frites maison dans les cantines scolaires ne seront qu’un doux souvenir pour nos chérubins. Sans oublier que la nouvelle risque de faire les choux gras de la presse locale. Toutefois, les carottes ne sont pas cuites. Dans le passé, des crises similaires à propos du lait et du beurre s’étaient produites et la Seyne-sur-Mer était arrivée à les surmonter sans prendre une châtaigne (lire notre article). En revanche, la pomme de la discorde portera sur le motif de rejet d'une proposition excédant les crédits budgétaires initialement prévus. Maître Laure Thierry a épluché le décret de 2016 pour revenir sur la nouvelle définition de l’offre inacceptable (lire notre invité du jeudi). Une erreur de qualification et la personne publique mangera le pissenlit par la racine si un recours en référé était déposé. A l’inverse, un opérateur s’est retrouvé marron en proposant, dans un marché de collecte de déchets, un prix à zéro euro dans le cadre de levées supplémentaires. Le pouvoir adjudicateur l’avait interrogé pour savoir comment le candidat pouvait assurer la prestation sans que cette opération lui coûte un radis. Après mûre réflexion, l'acheteur avait décidé de rejeter l’offre comme étant anormalement basse (lire notre article). En cas de contestation de la décision, les services de la commande publique ne se prendront bientôt plus le chou avec une mise en concurrence pour choisir leurs avocats (lire notre article). Quoi qu’il en soit, ce qui est important pour le département du Cher, c’est de présenter le fruit de sa politique achats. La collectivité a appuyé sur le champignon pour fixer le cadre d'action jusqu’en 2021 (lire notre article). Avant de prendre le bouillon, il est préférable de mettre fin immédiatement à cet édito. A la semaine prochaine, peut-être.

Mathieu Laugier