La Folle Semaine des Marchés Publics

Police municipale : les acheteurs à cran (d’arrêt) 1/2

A propos de l’auteur

M. Jean-François Gazon
Voir les articles de cet auteur

Alors qu’ils n’étaient qu’une poignée au début des années soixante, plus de la moitié des policiers municipaux disposent aujourd’hui d’une arme à feu. Certaines grandes villes font encore de la résistance comme Grenoble, Nantes ou Bordeaux. À Paris, Anne Hidalgo a tranché : des armes, oui, mais pas d’armes à feu. Reste que le pas est franchi et la tendance n’est pas près de s’inverser car, dans les villes moyennes également, 58 % des policiers municipaux sont armés. Mais l’on n’achète pas des calibres 357 Magnum comme des saucisses de Strasbourg...

Autant vous préparer à jouer les Terminator : dans leur rapport parlementaire de septembre 2018, les députés de la majorité Michel Fauvergue et Alice Thourot (D’un continuum de sécurité vers une sécurité globale) préconisent un armement généralisé pour les polices municipales. Mais quelles sont vos obligations avant même de passer le marché ? Directeur de la police municipale de Nic