Une approche mathématique pour détecter les OAB

A propos de l’auteur

Les entreprises casseront-elles les prix, dans une stratégie de survie post Covid-19, jusqu’à proposer des offres anormalement basses (OAB) ? Pour l’heure, il est difficile d’anticiper un tel comportement. Mais l'hypothèse n’est pas à exclure, surtout dans les secteurs où la concurrence était déjà tendue. La CMA de Paris de son côté est parée. Elle a développé un process interne pour détecter les OAB. Son directeur des moyens généraux, Alexandre de Franceschi, l’explique à achatpublic.info...

Les acheteurs, en ces temps de crise, devront être davantage vigilants, dans leur procédure, aux offres anormalement basses (OAB), prévient Alexandre de Franceschi, directeur des moyens généraux de la Chambre des Métiers et de l’Artisanat (CMA) de Paris. Il est essentiel qu’un pouvoir adjudicateur se dote d’un process efficace de détection des OAB. L'acheteur public doit veiller, au cours de sa passation, à maintenir

Sur le même sujet

Acheteurs publics : expliquez en...  (Mathieu Laugier) 15/10/2019
Le doute : clé de voute du procédé...  (Mathieu Laugier) 03/06/2019
Indiscrétions et confidences...  (Aude Camus) 27/05/2019
Pourquoi j’ai fait une OAB  (Mathieu Laugier) 14/02/2019